La fuite en Egypte

Matthieu 2 , 13 – 15 . 19 – 23

 « Prends l’enfant et sa mère » ;  « Joseph   prit l’enfant et sa mère » …

La fuite en Egypte
© Marc Chagall

Dans le monde qui est le nôtre nous sommes renvoyés à ces images quotidiennes sur nos petits écrans : serpentins d’humanité déshumanisants, colonnes de misère, voyageurs sans bagages, errants, ballottés, pourchassés, fatigués, harassés… Toutes ces familles disloquées par les drames de notre planète ; tant d’autres de nos sociétés modernes, composées, décomposées, recomposées… Et nous célébrons « la Sainte Famille » ?!

« Il eût pitié de cette foule, car ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger. » (Mc 6,34)

Cette pitié, Le Fils de Dieu ne l’a-t-il pas puisée, à peine né, dans ses propres errances pour rejoindre les nôtres de l’intérieur. Faut-il désespérer de notre humanité au lendemain de l’annonce de la naissance du Sauveur ? Quel est donc ce salut ? Qu’a donc changé l’incarnation au concret de nos vies ? Faut-il y croire, ou est-ce une histoire pour enfant, une histoire de crèche et de santons, de cadeaux et de père Noël qui revient chaque année pour nous faire oublier la dureté de la vie ?

Avec Joseph pourtant, nous sommes appelés à être « acteurs de l’histoire du salut. » Qu’en nous croisse « l’homme intérieur », l’être d’Écoute de la Parole du Tout Autre, si discret parfois qu’Il se mêle à nos songes. Comme Jésus nous l’enseigne, prions pour le don de l’Esprit,  qui nous donne « une vraie sagesse » et l’audace de « nous lever » (Mt 2,14. 20.21)  même dans la nuit, pour  protéger la vie, (l’enfant et la mère) partout où nous sommes. Sauver la Famille humaine, restreinte et universelle, les liens familiaux, les véritables « traditions »  n’est-ce pas « accomplir la Parole » (Mt 2, 15-23)  Vivre les traversées que la vie nous impose, accepter pauvrement les déracinements, sortir de nos conforts,  traverser nos peurs dans la confiance à une parole,  celle de Dieu, celle du frère ou de la sœur, n’est-ce pas passer avec Joseph et la Sainte Famille, de la nuit à la lumière ? Risquons avec lui la Confiance, celle d’Abraham notre père dans la foi, celle du Fils de Dieu qui « de riche qu’Il était se fit pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté » (II Cor 8,9), et faire de nous une seule et même Famille, celle des enfants de Dieu.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.