Matthieu 5, 13-16

matthieu5_13-16

Éveiller au goût de Dieu …

Le sel, autant que la lumière sont deux éléments qui servent à en mettre en valeur d’autres : on ne sale pas le sel et on n’éclaire pas la lumière. Mais, on sale un aliment pour lui donner toute sa saveur, et l’on éclaire une œuvre d’art pour mettre en relief toute sa beauté !

Hier nous écoutions l’Evangile des béatitudes : heureux … les pauvres de cœur, les miséricordieux, les doux, les cœurs purs, les artisans de paix … Heureux sont-ils d’appartenir au Christ.
Mais, ce bonheur, cette béatitude n’est pas à garder pour soi. Le bonheur ne se thésaurise pas … il se laisse voir, il se partage, il se transmet …
Le projet de Dieu est destiné à l’humanité entière : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Tim 2, 4).

Dès lors, les images du sel de la terre et de la lumière du monde ne sont-elles pas pour nous un vigoureux appel ? Là où nous sommes, désirons-nous éveiller au goût de Dieu ceux qui nous entourent et laisser briller en nous Jésus Christ qui a dit : «Je suis la lumière du monde» (Jean 8,12) ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.