Matthieu, 5,20-26

frateniteLa fraternité est la porte du ciel ou de l’enfer, c’est par elle que je m’unis à Dieu dès maintenant et dans l’éternité, et c’est en la reniant que je me condamne à jamais.

Les paroles de Jésus sont terriblement exigeantes! Si je mérite la géhenne – c’est à dire la séparation définitive avec Dieu – pour le seul fait de dire à mon frère / ma sœur : « renégat » (v.22), je dois alors, dès aujourd’hui, commencer un radical chemin de conversion, de prise de conscience intérieure de mes gestes, paroles et pensées envers mon prochain en général et ma sœur en communauté en particulier.

« Si votre justice ne dépasse pas celle des pharisiens … » (v.20)
La justice des pharisiens se limitait, non au cœur de la loi – l’amour de Dieu et du prochain- mais à leurs propres vue et jugement, dépourvus de l’Esprit, c’est ainsi qu’ils ont condamné Jésus, le juste par excellence.

« Va d’abord te réconcilier avec ton frère  » (v.24)
misericorde-Dans une homélie sur « la porte étroite » (Mt 7/13), on entend ces paroles, dignes de méditation : « Quand ton cœur se ferme contre ton frère, et si tu nies ta fraternité avec lui, tu nies en même temps la paternité de Dieu. Car, si tu refuses que Dieu soit son Père, tu refuses qu’il soit ton Père aussi, puisque tu ne peux être fils si tu n’acceptes pas d’être le frère de celui que Dieu a déjà accueilli, accepté et pardonné ». (Père Salim, prêtre maronite).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.