Matthieu 7, 7-12

« Je te donne … »
cadeau« Demandez, on vous donnera » (v.07).
« En effet, quiconque demande reçoit » (v.08).
« Lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ? » (v.09)
« Votre Père qui est aux cieux donnera de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! » (v.11).
« Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux » (v.12).
Aujourd’hui, nous méditons un extrait du long sermon sur la montagne (commencé par les Béatitudes deux chapitres plus haut), et dans lequel Jésus s’adresse aux foules,.
Sur le thème du don et de la demande, ce discours est construit comme une démonstration mathématique, et en est aussi efficace, par sa clarté et sa suite logique.
Jésus commence par une injonction, un impératif (v.07) ; puis par une constatation comme une une affirmation (v.08) ; ensuite, il puise dans l’expérience humaine et quotidienne une illustration sous forme d’interpellation (v.09) ; pour terminer par une vérité de foi et d’expérience spirituelle (v.11). Enfin, son « donc » nous convoque comme commandement (v.12) et nous retrouvons l’impératif de la Règle d’or du christianisme, en guise de conclusion.
Le retournement est adroit : de sa position de demandeur, l’interlocuteur de Jésus, — médiatisée par son expérience de paternité terrestre et par le modèle de la Paternité divine, —  est invité à devenir lui-même le donateur.
Par ce glissement subtil, Jésus introduit l’homme en demande et en désir dans la relation à autrui et dans une dynamique de décentrement. En raccourci, cela donnerait le paradoxe suivant : si tu veux recevoir, donne !
Nous sommes passés du « Quiconque demande reçoit » (v.08) au « Quiconque donne reçoit ». 
Il n’y a pas de miracle … le don, le contre-don et le pardon se donnent et se reçoivent sur terre, entre frères. C’est là et seulement là que Jésus est rendu présent.
« Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. » (Mt 7,21).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.