Matthieu 6, 7-15

Dans vos prières, ne rabâchez pas comme les païens … Vous donc, priez ainsi : « Notre Père … ».

hommes-des-dieux
© « Des hommes et des dieux », film de Xavier Beauvois

Il n’est pas rare d’entendre nos assemblées réciter le Notre Père à la vitesse du TGV. Nous avons peut-être trop l’habitude de ces mots connus par cœur qui devraient être non pas rabâchés mais prononcés par le cœur. Avons-nous des oreilles pour ne pas entendre ? N’avons-nous pas compris que la prière qu’enseigne Jésus ne se récite pas, ne se rabâche pas ?

 Quand nous commençons à prier, prenons d’abord le temps de penser à qui nous parlons. […] rappelons-nous qui est ce Père, et qui est Jésus, le Maître qui nous a enseigné à prier.

En agissant ainsi, nous montrerons à Dieu que nous L’aimons. Représentons-nous le Seigneur lui-même près de nous. Voyons avec quel amour et quelle humilité Il nous enseigne. Autant que nous le pouvons, restons avec cet Ami si bon. Nous nous habituerons à le considérer près de nous. Regardons-le […] Lui ne nous perd jamais de vue. Il est inutile de beaucoup lui parler, car il n’aime pas que nous nous cassions la tête, en Lui parlant beaucoup*.

 Dès la première parole, lorsque nous disons « Notre Père », les limites de nos familles de sang partent en éclats, et nous devenons membres d’une famille sans nombre. Nous sommes alors engagés à reconnaître en tout visage humain un frère, une sœur, et à lui dire : « mon frère » !

* Cf. Thérèse de Jésus : Le Chemin de Perfection, chapitre 26

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.