Matthieu 12, 38-42

Lire pour lier

 Lc 6,36-38Un signe n’est pas lisible en soi. Il ne peut être extérieur à une histoire, une relation, une expérience. Ce qui est signifiant pour moi ne l’est pas forcément pour mon voisin, tout simplement parce que nos histoires sont différentes.

Dieu ne se donne pas au compte-goutte. Il se donne tout entier, mais nos limites font que nous le découvrons pas à pas, que les signes se succèdent.

Recevoir un signe c’est savoir lire un événement, une rencontre en le liant aux autres événements et rencontres de ma vie, reliée à d’autres. Le sens se découvre dans la mise en lien, en perspective pas dans l’événement en soi.

La résurrection du Christ fait sens, replacée dans l’histoire de l’Alliance comme réalisation des promesses de l’Alliance en termes de salut, de pardon, de conversion (cf. Livre de Jonas), de vie renouvelée par la sagesse (1 R 10,1).

Sr Valérie Depériers, Communauté de Paris, 20 juillet 2015

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.