Mt 13, 54-58

« Si loin, si proche »

00e_35
Fresque du Plafond de l’église Saint-Ignace de Rome
Pourquoi les habitants de Nazareth passent-ils de l’étonnement et du questionnement, somme toute, bienveillants (v.54), au trouble et au scandale ne laissant plus aucune place à l’émerveillement (v.56), jusqu’à faire obstacle à l’action même de Dieu (v.58) ?
Matthieu nous dit en introduction de son récit : « Jésus se rendit dans son lieu d’origine » (v.54).
Mais quel est son lieu d’origine ?
  • « Jésus était né à Bethléem en Judée » (Mt 2,1) ?
  • « Jésus vint habiter dans une ville appelée Nazareth, pour que soit accomplie la parole dite par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen » (Mt 2, 23) ?
  • « COMMENCEMENT DE L’ÉVANGILE de Jésus, Christ, Fils de Dieu » (Mc 1,1) ; « AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1).
 À la lecture des quatre évangiles, trois « patries » originaires possibles s’offrent à nous : la ville de la naissance, la ville de l’enfance et la demeure auprès du Père.
Interrogeons donc les compatriotes de Jésus. D’où est vraiment originaire le Nazaréen qui vous est si familier, et que vous croyez si bien connaître ? Savez-vous qu’il est de la lignée de Jessé, né à Bethléem, savez-vous qu’il est le Fils engendré du Père ? Et s’il vous échappait … ?
Combien de fois, sommes-nous, nous-mêmes, pris au jeu des apparences et du paraître, sans chercher à voir plus loin, ni à regarder autrui dans une vision qui l’espère ?
Cette espérance qui aime est aussi celle qui croit en lui, d’où le manque de foi que Jésus reproche à ses proches, dont il s’est fait proche en venant dans le monde, mais qui restent si éloignés de lui dans la compréhension et l’accueil de sa véritable mission.
En la fête de saint Ignace de Loyola, prenons, nous aussi, un peu de hauteur, levons nos têtes pour regarder le plafond de l’église Saint-Ignace de Rome. En contemplant ce ciel ouvert et cette patrie céleste qui nous attend, saurons-nous reconnaître et prier celui que le peintre n’a pas eu peur de placer dans la gloire de Dieu ?
Sr Nathalie, communauté de Mechref, Liban, 31 juillet 2015

(http://www.rome-passion.com/saint-ignace.html)

Légende photo: Plafond de l’église Saint Ignace (de Rome), richement décoré d’une fresque en trompe l’oeil, d’Andrea Pozzo. Cette grande fresque représente l’apothéose de Saint Ignace, un rayon lumineux venant de Dieu baigne de lumière Saint Ignace, qui la diffuse aux quatre coins du monde symbolisant ainsi le rôle de missionnaire des Jésuites.

2 commentaires

  1. En communion avec nos frères jésuites, nous rendons grâce à celui qui nous a introduits dans « son lieu d’origine », par un amour qui ne cesse d’espérer …

  2. En communion avec nos frères jésuites, nous rendons grâce à celui qui nous a introduits dans « son lieu d’origine », par un amour qui ne cesse d’espérer …

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.