Mt 9, 35 – 10, 1.5a.6-8

TORRENT DE GRÂCE
En aimant, Dieu se donne, et il nous donne tout son être, toute sa vie. Il s’abaisse sur toute créature, par Jésus en son Incarnation, par l’Esprit Saint à la Pentecôte. 
À Noël, Jésus descend. À Pâques, l’Esprit Saint descend. En Dieu, c’est le même abaissement car son amour est don gratuit et miséricorde infinie.
Vigne sous le ciel du Liban, © CSJ Mechref,
Jésus, image du Père, est saisi de la même compassion envers les foules désemparées et abattues que son Père envers son peuple au désert. Et Jésus, alors, d’appeler ses disciples à la prière : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »
Les disciples, imitations de Jésus, sont envoyés à la même mission que le Fils, pour la continuer : aller vers ceux qui sont perdus, proclamer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu et la mettre en pratique en chassant le mal et en guérissant infirmes et malades. Et ce, non pas par leurs propres forces ou leurs propres mérites, mais seulement par ce don premier du Père, Source de tout bien : « Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. »

Un commentaire

  1. VOUS AVEZ REÇU GRATUITEMENT : DONNEZ GRATUITEMENT (Mt 9, 35 – 10, 1.5a.6-8). Le don de la vie, de l’amour, la croissance, l’intelligence, le travail, la santé, la foi, l’espérance… Ce que nous sommes, ce que nous avons, nous l’avons et nous le sommes parce que beaucoup ont consacré de leur temps, de leurs énergies, de leurs moyens et parfois de façon gratuite ou au prix de nombreux sacrifices, pour que nous puissions émerger, grandir. La gratuité fait partie de notre existence, même si pour certains, la règle de vie est liée à ceci : pas d’intérêts, pas d’action. Mais la gratuité nous rappelle que tout ne s’achète pas. La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux, et le peu qu’il y a, doit davantage s’investir, pour guérir, prendre soin, enseigner, prêcher la Bonne Nouvelle, consoler et redonner espoir. Et il y a des services dont seul DIEU, connaissant la valeur et notre dévouement, saura nous récompenser mieux que la récompense qui pourrait venir des hommes. Ainsi, avancer et agir sans toujours attendre une restitution en retour, fait partie de notre dignité. C’est aussi le signe que la lumière divine qui luit en chaque homme qui le désire, nous a atteints au plus profond de notre cœur, en vainquant toute forme d’égoïsme, de cupidité et d’avidité. Recevoir pour donner en retour, accueillir pour transmettre, telle est la règle de vie de toute communauté désireuse de grandir, de se fortifier. C’est aussi la règle missionnaire qui incombe à chacun, afin de maintenir vive l’esprit du don, de la charité et de la réciprocité. Et seul cet amour gratuit et désintéressé peut sauver le monde, où l’oppression, la domination, l’exploitation abusive de l’Homme par l’homme sont vécues au quotidien de nos relations. La gratuité nous rappelle donc que nous n’avons rien amené sur cette terre et nous retournerons sans rien. Bon week-end de méditation et de repos
    Abbé Achille Kandi, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.