Luc 1, 46-56

© Magnificat Dom Robert

L’attente silencieuse du Sauveur, devient, depuis quelques jours, pressente et joyeuse … Avec la visite de Marie à sa cousine Elisabeth, tout tressaille, tout s’accélère … Le Verbe fait bouger et parler  … Marie se lève et part en hâte.  Elle fait parler sa cousine et bouger l’enfant qu’elle porte dans sa vieillesse. L’incarnation du Verbe en Marie est mouvement et musique qui éclatent en action de grâce dans la prière du magnificat !

Sa prière personnelle se fait prière de tous : elle fait converger dans la louange d’un seul chant, les prophéties et les attentes du psalmiste et des prophètes. Elle rassemble dans sa prière la joie de tous les visités par Dieu, sa prière personnelle est la genèse d’une expérience universelle.

La prière du magnificat surgit de la logique suprême de l’amour fou de Dieu pour son peuple. C’est pourquoi tout y est paradoxal : les puissants sont renversés, les humbles élevés, les affamés comblés, les riches renvoyés les mains vides … Marie, l’humble jeune fille de Nazareth, se sait désormais exaltée dans sa petitesse.

Saurons-nous, comme Marie, accueillir le Verbe dans nos entrailles ? Accepterons-nous d’être visités, relevés et comblés par lui ? Alors, avec Marie, notre chant se fera la voix de toute humanité et nous pourrons chanter : Mon âme exalte le Seigneur, Il s’est penché sur son humble servante … il a fait pour moi des merveilles !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.